La vignette Crit’air


Disponible depuis le 1er juillet 2015, la vignette est désormais obligatoire à partir du 15 janvier 2017 pour circuler dans Paris du lundi au vendredi de 8h à 20h. Elle devra être apposée sur tous les véhicules souhaitant circuler dans les Zones à Circulation Réduite. Les voitures particulières, les deux-roues, les véhicules utilitaires, les poids lourds et les bus devront donc s’équiper de la vignette au risque de se voir verbaliser. Déjà 1 million de vignettes commandées en ligne !

Comment fonctionne la vignette Crit’air?

Un code couleur en fonction du niveau de pollution du véhicule. Les 6 classes sont établies en fonction de la motorisation et de l’âge du véhicule. Une classe spécifique est réservée aux véhicules électriques « zéro émission moteur ».

Qui est concerné ? Tous les véhicules :  voitures particulières, les motocycles 2 et 3 roues, les quadricycles, et les poids lourds, dont les autobus, même les voitures immatriculées à l’étranger.

Combien coûte la vignette  ? 4,18€

Où acheter sa vignette ? En ligne sur le site du gouvernement ici 

les 6 vignettes crit'air

 

Un arrêté définit la classification des véhicules en fonction de leurs niveaux d’émissions de polluants atmosphériques.

Avec la vignette crit’air, les véhicules bénéficieront, selon des collectivités, de modalités de stationnement favorables, obtiendront des conditions de circulation privilégiée et pourront circuler dans les zones à circulation restreintes.

Zones à Circulation Réduite définies à respecter :

A Paris, c’est toute la zone intramuros, c’est-à-dire toute la zone qui se trouve à l’intérieur du périphérique intérieur.
C’est environ 600 000 véhicules qui circulent dans Paris tous les jours. Pour continuer à pouvoir circuler, ils devront être équipés de la vignette.

“La loi transition énergétique pour la croissance verte donne la possibilité aux collectivités disposant du pouvoir de police de circulation, situées en zone polluée, d’instaurer des zones à circulation restreintes (ZCR) pour y limiter la circulation des véhicules les plus polluants. L’objectif est d’encourager l’utilisation de véhicules moins polluants, particulièrement dans les villes. Ces restrictions sont adaptées aux enjeux du territoire : elles peuvent concerner certaines catégories de véhicules, certaines zones ou certaines périodes. ”

source : ministère de l’environnement

Amende et sanction pour non-respect de la vignette ?

À partir du 16 janvier 2017, les conducteurs de véhicules qui circuleront dans les ZCR sans la vignette seront sanctionnés d’un contravention de classe 3 pour les véhicules légers. Et une contravention de classe 4 pour les poids-lourds et auto-cars.

Paris, Lyon, Grenoble et d’autres villes vont suivre

Cette pastille de “certificat de qualité de l’air”, rentre dans le plan de la transition énergétique définit par le ministère de l’environnement, et la mise en place du Plan de Protection de l’Atmosphère.

Trois agglomérations ont déjà signé une convention « Ville respirable »  avec l’Etat.
Paris – Mission de préfiguration de la Métropole du Grand Paris – 7 100 000 habitants
Grenoble – Métropole de Grenoble  – 444 810 habitants
Lyon – Métropole de Lyon – 1 310 082 habitants

Mais d’autres vont suivre rapidement.

L’appel à projet ” villes respirables en 5 ans”, permettra à une vingtaine de villes de bénéficier d’un appui financier et méthodologique de la part des services de l’État et de l’ADEME. La mise en place de Zone à Circulation Réduite fait partie des engagements des agglomérations sélectionnées.

Avignon – Communauté d’agglomération d’Avignon – 186 000 habitants
Arras – Communauté urbaine d’Arras – 101 879 habitants
Annemasse – Communauté d’agglomération d’Annemasse – 83 834 habitants
Bordeaux – Métropole de Bordeaux  – 724 224 habitants
Cannes – Communauté d’agglomération du Pays de Lérins – Cannes – 157 419 habitants
Clermont-Ferrand – Métropole de Clermont-Ferrand – 160 053 habitants
Champlan – 2 667 habitants
Côte Basque-Adour – Communauté d’agglomération Côte Basque-Adour  – 124 703 habitants
Dunkerque – Communauté urbaine de Dunkerque – 197 953 habitants
Dijon – Communauté urbaine de Dijon – 251 079 habitants
Epernay – Communauté d’agglomération d’Epernay – 38 946 habitants
Faucigny, Glières, Bonneville Communauté de communes Faucigny-Glières-Bonneville – 25 667 habitants
Lille – Métropole de Lille – 1 113 830 habitants
Le Havre – Communauté d’agglomération du Havre – 241 860 habitants
Montpellier – Métropole de Montpellier – 441 136 habitants
Reims – Métropole de Reims – 218 372 habitants
Rouen – Métropole de Rouen – 488 630 habitants
Saint-Etienne – Métropole de Saint-Etienne – 389153 habitants
Strasbourg Métropole de Strasbourg – 477 502 habitants
Saint-Maur-des-Fossés – 74 176 habitants
Toulouse – Métropole de Toulouse – 700 000 habitants
Vallée de la Marne – CA de la Vallée de la Marne – 34 000 habitants

En France, 47 % de la population est couverte par un Plan de Protection de l’Atmosphère.

Tout le monde est concerné : l’Etat et les collectivités, les acteurs économiques et le grand public. Chacun devra agir à son niveau.

Pour le grand public, cela se passe essentiellement sur les transports et les déplacements.
Par exemple, pour la région Ile-de-France, voici les objectifs dans les 5 ans :

  • Sensibilisation à l’éco-conduite
  • Réduction de sa vitesse sur le boulevard périphérique de 80 à 70km/h
  • Durcissement des règles de stationnement
  • Restriction de la circulation de certaines catégories de véhicules
  • Mise en place des avantages pour le covoiturage (infrastructures, services adaptés)

Un enjeu sanitaire

La qualité de l’air a des répercussions principalement sur notre santé et sur l’environnement. Ces effets peuvent être immédiats (asthme..)  ou à long terme (Affections respiratoires, maladies cardiovasculaires, cancers…)

Ce sont plus de 2 400 morts par an à Paris, plus de 4 000 en banlieue… 42 000 à l’échelle nationale !

Les particules fines :

Les particules fines sont issues de toutes les combustions. L’agriculture et les transports émettent aussi des polluants qui peuvent se transformer en particules secondaires. Les particules sont classées en fonction de leur taille.

PM10 : de diamètre inférieur à 10 micromètres, elles sont retenues au niveau du nez et des voies aériennes supérieures

PM2.5 : de diamètre inférieur à 2.5 micromètres, elles pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire jusqu’aux alvéoles pulmonaires et peuvent provoquer des maladies respiratoires, cardio-vasculaires, voire des cancers

Le Dioxyde d’Azote (NOx) :

Le transport routier est le premier secteur émetteur de dioxyde d’azote.

On attend en particulier une baisse sensible de la présence d’oxydes d’azote (NOx), de particules fines (PM), d’hydrocarbures (HC) et de monoxyde de carbone (CO).

De Camille | 29/12/2016