La nouvelle campagne choc de la Sécurité routière


Certains d’entre vous on peut-être visionné en début d’année une campagne néo-zélandaise pour la sécurité routière nommée “Speed and Mistakes“. On assiste à un accident sur le point de se produire entre deux véhicules à un croisement. La vidéo se met en pause avant l’impact. Les deux conducteurs sortent alors de leurs voitures pour s’expliquer mais ils savent que le drame va arriver quoi qu’il disent : c’est trop tard, et après avoir regagner leurs véhicules, le choc se produit. Cette vidéo avait fait le buzz sur la toile de par son originalité et le ton triste mais réaliste sur la vitesse excessive de nombreux automobilistes sur les routes secondaires. La semaine dernière, en période de grands départs en vacances, la Sécurité Routière française a dévoilé une nouvelle campagne de sensibilisation, une version inspirée de la vidéo néo-zélandaise qui avait beaucoup toucher le public français.

Trop vite. Trop tard.

La scène : une famille roule sur une départementale, la voiture va un peu vite. A un croisement, même mise en scène que le spot neo-zélandais : la scène se met en pause, le temps est en suspend et les occupants de la voiture sortent du véhicule. On peut voir qu’un choc va se produire avec une autre voiture. La famille est composée de deux parents et de leur fille. La petite dit à sa maman qu’elle a peur. Ses parents tentent de la rassurer en lui disant que “papa va freiner très fort” mais comme les deux hommes de la vidéo “Speed and Mistakes“, ils savent que le drame se produire malgré tout.

La prise de parole de la petite fille rend la scène plus dramatique que le spot néo-zélandais (où l’on pouvait voir déjà un enfant à l’arrière d’une des deux voitures), ceci pour toucher particulièrement les familles et les parents. S’ils roulent vite, il se mettent en danger mais mettent surtout en danger la vie de leur famille et celle des autres.

Quelques kilomètres heures au dessus de la limite…

En complément du spot télé, la Sécurité Routière a mis en place une campagne d’affichage (voir visuel ci-dessus) sur le réseau routier secondaire mais aussi la diffusion en radio de cinq spots audios. Dans la majorités d’entre eux une petite fille est victime d’un accident. Ceci a été fait volontairement pour sensibiliser une nouvelle fois les français et d’éveiller chez eux la peur d’ôter la vie à un enfant pour une raison de départ futile.

Extrait d’un des spots : “Bientôt 9 heures. Comme chaque matin vous prenez la départementale pour aller travailler. Sauf que ce matin vous êtes en retard à un rendez-vous très important. Alors vous décidez de rouler un peu au dessus de la limite sans imaginer qu’une petite fille va traverser brusquement devant vous. A cause de votre vitesse vous ne pourrez pas freiner à temps pour éviter de la percuter et pour vous, rien n’aura plus jamais d’importance. – On ne regrette de rouler trop vite que lorsqu’il est trop tard. – Sécurité Routière, tous responsables.” (Pour écouter l’intégralité des spots radios rendez-vous sur ce lien.)

Le narrateur s’adresse directement à l’auditeur et le met en scène dans une situation très familière, en indiquant une heure de la journée, un lieu et la raison pour laquelle le conducteur va un peu trop vite :

– le matin, sur la route du travail, vous êtes en retard à un rendez-vous important
– un matin, vous emmener votre fille chez sa grand mère, vous ne voulez pas arriver trop tard et vous vous dites qu’il n’y a aucun danger
– en fin de matinée, vous vous permettez de rouler un peu vite, car vous êtes sur une départementale que vous connaissez par coeur et vous vous dites “où est le danger?”
– un soir comme les autres, vous rentrez chez vous après le travail, vous vous autorisez à dépasser un peu la limite de vitesse autorisée par habitude et parce qu’il ne vous ai jamais rien arriver
– un soir, sur une départementale en forêt, vous allez vite et vous vous demandez ce qu’il pourrait vous arriver à cette heure-ci car il n’y a personne

Mais chaque fois ces quelques kilomètres au dessus de la limite de vitesse autorisée sont de trop et ne vous permettront pas de vous arrêter à temps. Plus vous roulez vite, plus la distance de freinage est longue.

Les chiffres clés de la Sécurité Routière concernant le vitesse

Un excès de vitesse est puni par un retrait allant de 1 à 6 points sur le permis de conduire voire l’annulation du permis si l’infraction constitue un délit grave (consulter le barème de points pour un excès de vitesse).

“25% des français reconnaissent ne pas respecter les limitations de vitesse.

Bien que depuis une dizaine d’années la vitesse moyenne a baissé de 10 km/h, elle reste toujours l’une des premières causes de mortalité sur les routes françaises.

En 2013, un quart des accidents mortels en France est dû à la vitesse (Bilan de l’accidentalité routière 2013 – ONISR). Ainsi, sur routes départementales, 40% des accidents mortels sont causés par une vitesse excessive (contre 30% sur les autoroutes)(Bilan de l’accidentalité routière 2012 – ONISR).

Plus on roule vite, plus le choc est violent et plus les conséquences sont dramatiques. On estime qu’un choc frontal avec un véhicule lancé à 90 km/h équivaut à une chute d’un immeuble de 11 étages.

De plus, la distance d’arrêt du véhicule augmente proportionnellement à la vitesse. Il faut environ 28 mètres pour immobiliser un véhicule roulant à 50 km/h, 70 mètres pour un véhicule roulant à 90 km/h.

Rouler plus vite ne permet même pas de réellement gagner du temps. Sur un trajet de 220 km, le temps économisé en roulant à 140 au lieu de 130 est d’à peine 7 minutes sur un trajet de 3h45.”

(Re)voir le spot TV de la Sécurité Routière :

Le spot néo-zélandais :

Sources : www.securite-routiere.gouv.fr

De Camille | 22/07/2014