Les radars : sauveurs de vies ou rentrées d’argent facile pour l’Etat ?


En 2013, la baisse de mortalité enregistrée est de 11%. Les radars sont-ils ceux qui méritent d’avoir tous les lauriers ? Les études sont plutôt mitigées. La Ligue contre la violence routière conclut à un effet positif des radars sur la baisse de la mortalité alors que l’INSEE minimalise leur impact sur la sécurité routière…Portant, les pouvoirs publics continuent à investir dans les radars, ce qui ne laisse pas insensibles certains automobilistes qui voient en eux des « pompes à fric » avec tout ce qu’implique un excès de vitesse : amende, retrait de points voir être dans l’obligation d’effectuer un stage de récupération de points !

Ce que révèlent les études statistiques

L’INSEE a publié une étude analysant l’impact des radars fixes sur l’évolution du nombre des accidents dans la zone d’implémentation.

L’étude démontre que “l’installation de radars fixes dans les communes de moins de 6 000 habitants diminue de 13 à 17 % le nombre d’accidents corporels, et de 50 à 75 % le nombre de décès au cours des premiers mois suivant leur installation. Cet effet décroît au-delà de six mois, tout en restant substantiel : une réduction de 11 % pour les accidents et de 25 % à 50 % pour les décès, par rapport à une situation sans radar fixe”

Cette étude permet de conclure que l’installation des radars fixes dans les communes de moins de 6 000 habitants aurait évité environ 740 décès, 2 750 blessés graves et 2 230 accidents entre 2003 et 2011 .

Les radars : des nouveaux investissements

Les pouvoirs publics continuent à miser sur les radars pour assurer la baisse du taux de mortalité sur nos routes.

Les radars-jumelles utilisés jusqu’à présent détectent la vitesse à une distance de 400m.
Le dernier cri dans le domaine a un nom : l’Ultralyte Compact de la marque Mercura. Et petite précision : ce radar-jumelles peut détecter la vitesse non pas d’un mais de deux véhicules roulant l’un derrière l’autre, et grâce au projecteur Lumaphore, capable d’éclairer une zone de 2 400 m², les plaques d’immatriculation seront parfaitement visibles même pendant la nuit.

Les régions s’équipent:

  • le département de la Seine et Marne vient d’investir dans un tout nouveau modèle de radar qui est capable de détecter votre vitesse à 1 km de distance, donc beaucoup plus performant que ceux de la précédente génération.
  • Autre exemple : les Pyrénées Atlantiques disposent désormais du nouveau véhicule qui pourra, tout en circulant, contrôler la vitesse des automobilistes grâce au nouveau radar mobile embarqué.
  • Enfin, à Binges, dans la Côte d’Or des radars pédagogiques seront installés suite à une décision du Conseil municipal…

Les radars : victimes d’actes de vandalisme

Alors que le taux de mortalité sur les routes est en train de baisser depuis deux ans, le nombre de radars vandalisés ne cesse d’augmenter. Sur les 4200 radars installés sur l’ensemble du territoire, environ 200 sont devenus la cible des automobilistes en colère…
Pour certains, les radars sont surtout un excellent moyen pour l’Etat de se faire de l’argent. L’augmentation de leur nombre devrait rapporter encore plus au Trésor public. Donc, beaucoup de radars ont subi la colère des conducteurs et ont été mis hors service.

Alors les radars sont-ils utiles ou pas? C’est un sujet qui fera couler toujours beaucoup d’encre. Rapportés sur un an, les chiffres de l’INSEE peuvent sembler moins impressionnants , mais lorsque nous parlons de vie humaine…il n’y a pas de petits chiffres. Une vie sauvée ça n’a pas de prix!

De Camille | 23/01/2014